Aller au contenu
Un programme efficace auprès des jeunes

Sextage: les nombreux succès du système de prévention SEXTO

Sextage: les nombreux succès du système de prévention SEXTO
Luc Ferrandez / Cogeco Média

Un sexto, la contraction entre sexe et texto, est un phénomène problématique de plus en plus répandu chez les jeunes, alors que ces derniers s'échangent des photos dénudées d'eux, pensant que l'image est envoyée uniquement à une seule personne. Or, ces photos se ramassent très souvent sur les réseaux sociaux. Afin de remédier à ce problème et d'éduquer les jeunes face aux dangers de la situation, le Service de police de Saint-Jérôme a mis en place, dès 2016 conjointement avec le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), un programme de sensibilisation et d'éducation pour les jeunes. 

Aujourd'hui, plusieurs corps policiers de la province ont mis en place un programme similaire, dont le Service de police de la Ville de Montréal avec le déploiement du projet Sexto dans les écoles de la métropole. 


Écoutez le commandant Marco Breton de la section de l’exploitation sexuelle du Service de police de la Ville de Montréal et Me Maxime Ouellette, procureur au Directeur des poursuites criminelles et pénales sur le succès du programme Sexto au micro de Luc Ferrandez. 

«Déjà, en 2016, il y avait une augmentation des cas de sextage entre adolescents. Ça peut occasionner des conséquences importantes chez les jeunes qui sont impliqués. Le constat fait en 2016, c'était que les méthodes traditionnelles n'étaient pas nécessairement adaptées pour intervenir auprès des jeunes. Parce que le sexe, comment nous on le conçoit, avant d'identifier ces jeunes-là comme des délinquants sexuels, on parle d'une problématique qui est avant tout sociale. Et c'est une réalité qui est partagée par beaucoup de jeunes au Québec. Donc, on a voulu faire ça différemment. Plutôt que de prioriser la voie judiciaire, on a tenté de développer un partenariat, puis on a réussi à le faire. C'est pour ça qu'on est ici aujourd'hui et qu'on a pu implanter Sexto à Montréal. On voulait trouver une voie extrajudiciaire, une voie éducative pour adresser la situation.»

Abonnez-vous à l’infolettre du 104.7 Outaouais!Abonnez-vous à l’infolettre du 104.7 Outaouais!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Luc Ferrandez

«On sent que ces gens-là prévoient y être pour un moment»
«Elle aurait pu être déposée par GND et la gauche pragmatique!» -Philippe Léger
«L'âge d'or des clubs à Montréal est révolu» - Geneviève Pettersen

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Parlons-nous
En direct
En ondes jusqu’à 20:00