Aller au contenu
Action collective contre 16 pharmaceutiques

Opioïdes: doit-on revoir notre rapport à la douleur?

Opioïdes: doit-on revoir notre rapport à la douleur?
Des comprimés / iStock / Getty Images Plus

Une action collective a reçu l'aval d'un juge de la Cour supérieure du Québec contre 16 sociétés pharmaceutiques accusées de ne pas avoir adéquatement informé les consommateurs sur l’efficacité et les dangers des opioïdes. 

Quel est l'avis de la Dre Marie-Ève Goyer, chercheuse à l’Institut universitaire sur les dépendances et professeure agrégée de clinique au Département de médecine de famille et médecine d’urgence de l’Université de Montréal?

«Je veux quand même rappeler que ces médicaments-là ont leur place en douleur aiguë, ponctuelle. On est très content, quand on fait une pierre aux reins, d'avoir des opioïdes pour se soulager. Ça fonctionne très bien comme antidouleur.

«La problématique qu'on a vue apparaître en Amérique du Nord, c'est la surprescription ou la prescription dans des cas de douleur au long cours: mal de dos, mal de tête, fibromyalgie, etc. Le problème avec les opioïdes en douleur chronique, c'est que ce sont des médicaments qui, très rapidement, quand on les prend régulièrement, induisent de la tolérance. Le corps s'habitue. Et pour avoir le même effet que vous aviez avec 5 milligrammes un mois plus tard, vous devez en avoir 10 milligrammes, 15 milligrammes, etc.»

Abonnez-vous à l’infolettre du 104.7 Outaouais!Abonnez-vous à l’infolettre du 104.7 Outaouais!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Luc Ferrandez

«On sent que ces gens-là prévoient y être pour un moment»
«Il y a vraiment eu de graves conséquences quand ces données ont été révélées»
Timbres de bière: «Si on enlève ça, on ouvre la porte au marché noir»

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Parlons-nous
En direct
En ondes jusqu’à 20:00