Aller au contenu

Des intervenants et intervenantes de la DPJ qui se sentent oubliés

Des intervenants et intervenantes de la DPJ qui se sentent oubliés
Louis-Philippe Brulé / Cogeco Média

Des intervenants et intervenantes de la DPJ se sentent oubliés par leur propre syndicat.

Membre de l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux, l'APTS, ils disent que leurs demandes ne sont pas entendues.

Depuis la réforme Barrette de 2015, la mobilité du personnel a été permise à l'intérieur des centres intégrés de santé et services sociaux.

C'est donc dire que des intervenants ayant étudié en travail social peuvent postuler sur des postes en CLSC, par exemple, où la charge de travail est moins grande.

Le salaire est toutefois le même.

Alec Pinard, réviseur à la DPJ, a pris la parole au nom de ses collègues.

Abonnez-vous à l’infolettre du 104.7 Outaouais!Abonnez-vous à l’infolettre du 104.7 Outaouais!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Louis-Philippe Brulé

Plus que 10 parties avant les séries pour nos Olympiques!
Saisie d’armes toute aussi majeure que mystérieuse à Gatineau
On voit déjà certaines motos sur nos routes

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Sans réserve
En direct
En ondes jusqu’à 15:00