• Accueil
  • Affrontements groupés | «L’animosité se développe rapidement» -Danièle Sauvageau

Affrontements groupés | «L’animosité se développe rapidement» -Danièle Sauvageau

Affrontements groupés | «L’animosité se développe rapidement» -Danièle SauvageauRich Lam/Getty Images
La proximité qu'apporte les bulles dans la LNH favorisera l'apprentissage des jeunes selon Danièle Sauvageau

12:05

Le calendrier modifié de la Ligue nationale qui multiplie les rencontres entre les mêmes équipes et les séquences rapprochées de matchs va hausser le niveau d’animosité entre les joueurs.

Cela dit, ça prend combien de temps avant de développer une aversion envers ton adversaire?

Danièle Sauvageau, qui a dirigé et mené l’équipe nationale féminine du Canada à la conquête de la médaille d’or aux Jeux olymiques de Salt Lake City en 2002 est limpide à ce sujet. Après tout, les Canadiennes et les Américaines s'affrontent si souvent...

« Ça n’en prend pas beaucoup, surtout quand on parle du Canada et des États-Unis », a-t-elle déclarée au micro de Mario Langlois.

« On joue très souvent durant une année. Marie-Philip Poulin a peut-être disputé une soixantaine de matchs contre les Américaines au cours de sa carrière. Alors, oui, l’animosité se développe assez rapidement. »

À l’inverse, les séquences de matchs pourraient être profitables sur d’autres aspects. 

« En saison, l’objectif est de ramasser des points, mais il faut continuer d’apprendre à gagner. S’assurer qu’on est prêtes pour les séries.

« Qu’est-ce que les jeunes font bien? Qu’est-ce qui fonctionne? À l’inverse, qu’est-ce qui ne fonctionne pas? Il y a des avantages en termes d’encadrement. »

Les amateurs de sports
En direct de 18:30 à 21:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.