• Accueil
  • « J’ai quitté Montréal le cœur déchiré » -Saphir Taïder

« J’ai quitté Montréal le cœur déchiré » -Saphir Taïder

« J’ai quitté Montréal le cœur déchiré » -Saphir Taïder98.5 Sports
''Taïder a adoré Thierry Henry et voit Samuel Piette comme capitaine'' - Jeremy Filosa

11:59

L’ancien milieu de terrain de l’Impact Saphir Taïder s’adapte tranquillement à sa nouvelle vie en Arabie Saoudite, mais il n’a pas oublié Montréal, loin de là.

Maintenant bien installé avec sa nouvelle équipe d’Al-Ain, Taïder a pris le temps de réfléchir à son passage avec l’Impact. Clairement, il est encore attaché à son ancien club, qu’il continue de suivre au loin.

En entrevue avec à IMFC Radio, Taïder faisait souvent encore référence à l’Impact en parlant de «nous» et «on», comme s’il faisait encore partie de l’équipe.

« Quand je suis arrivé à Montréal, le président a tout fait pour que je vienne. Ils se sont toujours bien occupés de moi, dès que je demandais quelque chose, je l’avais. Ça doit être la raison pour laquelle je m’éclatais aussi sur le terrain. Quand on te traite bien, tu as le goût de tout donner pour l’équipe. »

Mais à un moment donné dans la carrière d’un joueur, des offres alléchantes peuvent faire changer les plans. Al-Ain a offert un contrat de trois ans à l’ancien numéro huit de l’Impact.

« Je suis parti de Montréal le cœur déchiré. J’ai aimé cette ville et cette équipe. J’étais bien à Montréal. Mais Al-Ain m’a fait une offre que je pouvais difficilement refuser. Jamais je n’aurais pensé me retrouver en Arabie Saoudite, j’étais bien à Montréal. Mais j’étais rendu au point de vouloir changer d’air pour plusieurs raisons. »

La pandémie a fait dérailler ses plans. Taïder, un père de famille dévoué, n’en pouvait tout simplement plus d’être loin des siens.

« Déjà ici les choses sont plus sécuritaires par rapport à la COVID. Je m’assure aussi de garder ma famille près de moi. Comme c’était à Montréal, je ne voulais pas que ça s’éternise cette histoire. Je vois aussi que les joueurs vont devoir quitter à nouveau en décembre pour la Ligue des champions, ce n’est pas facile. Aussi, je suis de conviction musulmane et je voulais me rapprocher de ça, c’est le cas ici. Finalement, la météo ici est complètement opposée à celle du Québec, je me promène en short et en claquettes tous les jours! »

Sa relation avec Thierry Henry

Certains pourraient penser que le départ de Taïder est lié à une relation tendue avec l’entraîneur Thierry Henry, qui lui a parfois demandé publiquement de «garder sa position et suivre le plan de match». Mais rien n’est plus loin de la vérité.

Taïder a avoué qu’il avait adoré les mois passés auprès de l’ancien grand attaquant. 

« Je sais qu’en point de presse parfois, il semble froid, distant et ne partage pas toujours toute sa pensée, mais ce n’est pas le cas avec nous les joueurs. Pour moi, il a été comme un grand frère. On parlait de tout et on rigolait souvent. C’est un passionné! Et lorsque je me suis blessé et je ne pouvais pas jouer, je me sentais dégouté pour lui. Il était tellement bon avec moi, et moi je ne pouvais rien faire pour l’aider. »

Bojan et Taïder, deux joueurs qui voulaient mener le jeu

Le directeur technique de l’Impact Olivier Renard a indiqué la semaine dernière lors de plusieurs entrevues que Taïder et Bojan se marchaient un peu sur les pieds, désirant jouer un peu le même rôle. Taïder n’est pas en désaccord avec cette affirmation.  

« Ce n’est pas faux. Moi, j’étais heureux de jouer en 10, ça fonctionnait bien pour moi. J’aime me projeter vers l’avant. Je n’aurais pas été heureux de jouer seulement en 6 et me contenter de faire des passes. Je ne trouvais pas que ça maximisait mes attributs. »

Le bonheur de Taïder, n’était pas celui de Bojan.

« Mais ça laissait Bojan sur l’aile gauche et je vais être franc en disant que tu n’obtiendras jamais le maximum de lui près de la ligne de touche. Bojan et moi nous sommes de bons amis, nous en parlions souvent. On garde encore le contact aujourd’hui et je vois clairement qu’il est plus heureux maintenant. Il joue plus librement et on voit les résultats. »

D’ailleurs, pour Taïder, il serait important pour l’Impact de garder Bojan à Montréal au-delà de cette saison.

« Pour moi, il serait important de garder des joueurs comme Bojan, Romell Quioto et aussi Rudy Camacho pour l’an prochain si le club veut tenter d’avancer. Rudy a peut-être commis quelques erreurs cette saison, mais c’est un joueur très intelligent. Mais je sais que ce ne sera pas facile de garder tout le monde. »

Taïder est convaincu que la situation incertaine des équipes canadiennes nuira. Ce sera plus difficile d’attirer de bons joueurs et de retenir ceux qui y sont déjà.

« Faut commencer tout d’abord avec le coach, Henry. Il n’a pas vu sa famille depuis presque un an. Et pour les joueurs, à un moment donné, tu décroches. Après deux semaines dans un hôtel, c’est difficile de garder le focus. Mais il faut tenter de garder le noyau ensemble. Quand on regarde Toronto, on ne peut pas comparer les deux clubs. Tout au long de mon passage à Montréal, il y avait 10, 12, 13 joueurs par saison qui partaient et arrivaient. Ça prend plus de stabilité. »

Piette, le prochain capitaine?

Pendant l’absence du capitaine Jukka Raitala récemment, c’est Samuel Piette qui joue le rôle de capitaine de l’équipe. Raitala n’a d’ailleurs pas de contrat pour 2021 et s’il ne revient pas, il faudra choisir un nouveau joueur pour porter le brassard.

« Pour moi, ça doit revenir à Samuel! C’est un gars sérieux, un gars qui vient d’ici et qui comprend l’importance de tout donner. J’espère qu’il sera le prochain capitaine et qu’il le demeurera pendant longtemps. Si pas lui, un autre québécois. »

Une chose est certaine, Taïder va continuer de suivre l’Impact cette saison, autant en séries MLS qu’en ligue des champions. Et ça commence vendredi face à la Nouvelle-Angleterre.

« Je pense qu’on a un coup à jouer! C’est certain que l’absence de Samuel et de Victor Wanyama c’est ce qui m’inquiète le plus. Mais en sachant, que la saison ne s’arrêtera pas là, peu importe le résultat, ça devrait les motiver à vouloir continuer de jouer. »

Le match de barrage de l’Impact face au Revolution de la Nouvelle-Angleterre sera diffusé sur l'ensemble de nos plateformes dès 18h30 vendredi soir.

Que l’Outaouais se lève
En direct de 05:30 à 10:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.