• Accueil
  • « Souffrir toute une saison pour cinq minutes de joie » -Thierry Henry

« Souffrir toute une saison pour cinq minutes de joie » -Thierry Henry

« Souffrir toute une saison pour cinq minutes de joie » -Thierry HenryThierry Henry (98.5 Sports)
«Si l'Impact me veut, je suis là pour la vie!» - Thierry Henry

30:37

L’entraîneur de l’Impact Thierry Henry a trouvé la saison 2020 difficile. Inutile de répéter tous les obstacles qu'il a dû surmonter avec ses joueurs. Mais Henry est heureux de voir que son équipe aura une chance de se faire valoir en séries.

Contre vents et marées, l’Impact a trouvé le moyen de se faufiler. Mais ça n’a pas été toujours facile, comme il l’a raconté à Mario Langlois.

« Sur le plan humain, ç'a été difficile. Mais j’ai appris que mon club avait du chien. Malgré tout, on a trouvé le moyen de sortir de gros matchs à des moments importants comme le moment où on a éliminé Saprissa ou quand on s'est qualifié pour les matchs éliminatoires dans le tournoi MLS is Back. »

La rencontre qui a suivi la défaite à Orlando a peut-être été un point tournant dans la saison.

« Ça n’a pas été facile, mais les joueurs ensuite ont bien réagi. On l’a vu à DC. Mais on espère toujours ne pas avoir à tenir ce type de discours pour se rendre à nos fins. »

Le défi que lance maintenant Henry à ses joueurs est le suivant : 

« Pouvons-nous, pour la première fois de la saison, gagner deux matchs de suite? On ne l’a toujours pas fait cette année. En sommes-nous capables? C’est le défi que je leur lance. »

Même si la campagne a été pénible, si l’Impact connait une bonne fin de saison et lève une coupe, que ce soit celle de la MLS ou celle de la Ligue des champions, ça en aura valu la peine.

« C’est une année complète de souffrance pour espérer cinq minutes de bonheur, le moment où on soulève le trophée. Si on arrive à faire un bon bout de chemin, au moins on pourra dire que l’on n’a pas tout fait ça pour rien. »

L’avenir d’Henry à Montréal

Thierry Henry semble avoir le goût de revenir à Montréal en 2021. Il n’a pas voulu promettre qu’il serait de retour, surtout avec un avenir incertain dû à la pandémie, mais il a tenu à tout de même donner son opinion.

« Si ce n’était que de moi, je resterais pour toujours. Je suis heureux ici. Mais ça dépend aussi souvent des résultats. Un entraîneur est toujours responsable des résultats. Mais j’ai envie de travailler fort, tous les jours, toutes les semaines tous les ans. Tant que je serai ici, je me donnerai à fond pour le club. »

Le match de barrage de vendredi soir contre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre sera diffusé sur nos ondes dès 18h30.

Que l’Outaouais se lève
En direct de 05:30 à 10:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.