• Accueil
  • Règles de la COVID-19 : Mikaël Zewski a « fait ce qu’il avait à faire »

Règles de la COVID-19 : Mikaël Zewski a « fait ce qu’il avait à faire »

Règles de la COVID-19 : Mikaël Zewski a « fait ce qu’il avait à faire »Mina Panagiotakis/Getty Images
Le Québécois Mikael Zewski en 2017

Mikaël Zewski attendait cet affrontement depuis longtemps. Après 35 combats en carrière, il disputera la finale d’un gala à Las Vegas, samedi, contre Egidijus « Mean Machine » Kavaliauskas. 

Malheureusement pour lui, les circonstances ont fait en sorte que sa préparation n’a peut-être pas été aussi bonne qu’elle ne l’aurait été sans la pandémie.

Les règles très strictes portant sur la boxe émises par la santé publique jouent vraiment contre les boxeurs d’ici, qui doivent monter dans le ring contre des adversaires qui s’entrainent librement depuis plusieurs mois.

Mais Zewski (34-1-0, 23 K.-O.) assure qu’il est prêt et qu’il a fait ce qu’il faut pour être préparé, même si au Québec, jusqu’à tout récemment, même le sparring était interdit. 

« Je ne me présenterais jamais ici si je n’étais pas prêt. Je ne monterais jamais dans le ring si je pensais ne pas être bien préparé. J’ai fait ce que j’ai dû faire pour être prêt et je n’en dirai pas plus. »

Bien sûr, Zewski n’a pas avoué avoir contourné les règles de santé publique, mais il est clair qu’il a dû trouver des solutions. En plus ce combat est arrivé quand même tardivement.

« Ils m’ont dit, ce sera dans six semaines et ce sera contre Kavaliauskas. J’ai dit oui tout de suite. Je suis excité d’enfin avoir cette chance. Je suis juste heureux d’être ici. »

Son adversaire s’est incliné face au champion WBO Terrance Crawford dans son dernier combat en décembre. Mais tous s’entendent pour dire que sa performance a été bonne.

« Il est fort, il est rapide et il possède une bonne explosion. Mais je crois qu’il a certaines faiblesses au niveau de son jeu de pieds et de son aspect mental. Personnellement, je n’ai pas de plan de match que je veux absolument déployer. Je peux m’adapter selon la situation. »

Lorsque Zewski parle d’aspect mental, il fait référence au fait que, parfois, «Mean Machine», de son propre aveu, sort de ses gonds.

« Lors de mon dernier combat, lorsque je suis tombé au septième round, j’ai arrêté de suivre le plan de match. Je voulais juste me battre. La prochaine fois, je dois garder ma concentration. »

Kavaliauskas (21-1-1, 17 K.-O)) espère qu’une victoire contre Zewski fera de lui un aspirant obligatoire, pour éventuellement affronter à nouveau Crawford.

Zewski vise aussi Crawford, le meilleur de la division, sans l’ombre d’un doute.

En direct de 18:30 à 21:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.