• Accueil
  • «Ça se rapproche de ce que j'ai vécu à Laval» - Boris Bede

«Ça se rapproche de ce que j'ai vécu à Laval» - Boris Bede

«Ça se rapproche de ce que j'ai vécu à Laval» - Boris BedeMinas Panagiotakis/Getty Images
Le botteur des Alouettes Boris Bede
Football - Alouettes: Boris Bede, botteur de l'équipe qui a connu une saison exceptionnelle, est fin prêt pour la match de dimanche

11:01

Football - LCF: Bruno Heppell analyse les forces et faiblesses de nos moineaux et de leurs adversaires dimanche en série, les Eskimos d'Edmonton

12:56

Plus d’un mois après s’être qualifiés pour les séries éliminatoires, les Alouettes de Montréal vont enfin disputer un match sans lendemain, dimanche, en affrontant les Eskimos d’Edmonton lors de la demi-finale de la section est de la Ligue canadienne de football.

On dit « enfin », parce que ça fait cinq ans que les Alouettes (10-8) n’ont pas participé aux séries. Et l’analyste Bruno Heppell a trouvé une façon imagée de mesurer le temps passé…

« Ça fait tellement longtemps qu’il n’y a pas eu un match éliminatoire au stade Percival-Molson, qu’il y a juste trois gars qui vont participer à la rencontre qui jouaient dans le match en 2014 : Kristian Matte, Martin Bédard et John Bowman. »

Dire que l’actuelle saison des Alouettes a été hors de l’ordinaire relève de l’évidence. On doit rappeler que peu d’observateurs voyaient la formation montréalaise lutter pour les séries avec Mike Sherman au poste d’entraîneur-chef et Kavis Reed dans celui de directeur général.

Mais tout a changé lorsque les Alouettes ont placé Khari Jones à la tête de l’équipe et qu’ils ont vu que Vernon Adams fils était bel et bien le quart du présent.

« Il y a un petit noyau du groupe qui n’a pas vu les séries depuis cinq ans. Ceux-là sont encore plus énergisés. C’est notre dernier match à domicile et notre premier en cinq ans en séries. On veut donner une super performance pour nos fans. »

Bede se souvient de son passage avec le Rouge et Or de l'Université Laval et il y a quelques années il fait un rapprochement avec l'édition actuelle des Alouettes.

« On s'amuse beaucoup. On prend beaucoup de plaisir à se voir. Souvent, quand tu gagnes des championnats, tu vas te rappeler des gars avec lesquels tu as joué, parce que tu as eu certains moments privilégiés.

« J'ai gagné deux championnats nationaux quand j'étais à l'université et j'ai eu des moments vraiment sympathiques que je n'oublierai pas. En 2012 et 2013, mon passage à Laval, ça a été vraiment spécial. Et je pense que cette année, ça se rapproche vraiment beaucoup de ce que j'ai vécu à Laval. »

En direct de 00:00 à 03:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.