12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • En rémission du cancer: «Je voulais jouer en 2019» -Louis-Philippe Simoneau

En rémission du cancer: «Je voulais jouer en 2019» -Louis-Philippe Simoneau

En rémission du cancer: «Je voulais jouer en 2019» -Louis-Philippe SimoneauPhoto/Carabins de l'Université de Montréal

Apprendre que l’on est atteint du cancer est un choc dans n’importe quelles circonstances. Mais on s’attend moins à apprendre une telle nouvelle quand on est un sportif dans la jeune vingtaine.

C’est pourtant ce qui est arrivé à Louis-Philippe Simoneau, le botteur de l’équipe de football des Carabins de l’Université de Montréal. Six mois après reçu un diagnostic de lymphome non hodgkinien, il a appris le 22 juillet que son cancer des ganglions était en rémission.

Et cette semaine, il était de retour à l’entraînement avec ses coéquipiers. En entrevue avec Jérémie Rainville aux Amateurs de sports, Simoneau a expliqué le cheminement qu’il a vécu depuis le week-end du Super Bowl.

« Moi et ma copine, on est partis pour Charlevoix faire du ski. Et en montant là-bas, elle m’a dit que j’étais jaune et que mes yeux étaient jaunes. J’ai dit non. Au retour, on va manger chez mes parents et mon père mon dit que je suis pas mal jaune. Le lundi, j’avais des examens médicaux avec les Carabins et ils m’ont dit de ne pas prendre de chance et d’aller au CHUM. »

C’est ce que Simoneau a fait. Les médecins pensaient qu’il avait une pierre au foie, mais la masse décelée était en réalité un cancer.

« Ça fait un choc. Ma copine était avec moi. On a prévenu mes parents. Ça a été un choc durant 48 heures, trois jours…. Après ça, on s’est remis une attitude positive, un sourire dans la face et on est repartis. Je ne voulais pas rester dans un petit coin à me morfondre et à pleurer sur mon cas. Ça aurait encore été pire pour moi et pour tout le monde. »

En dépit de sa maladie, Simoneau, 24 ans, espérait être guéri à temps pour la saison 2019. Rien de moins.

« Avant ma première chimio (15 février), Danny Maciocia, notre entraîneur-chef, vient me voir et me dit «2019, qu’est-ce que tu penses? ». Je lui dis que c’est ça mon but. J’aimerais ça finir mes traitements et jouer ma saison 2019. Et il m’a dit : « on va faire en sorte que ça arrive. » Et c’est arrivé. Je ne peux pas être plus content. Danny parle tellement souvent d’une grande famille et ça prend tout son sens. »

Carabins de Montréal

Source: Carabins de Montréal

Simoneau l’assure, en dépit des traitements douloureux, il n’a jamais eu peur de la mort.

« C’est drôle, parce que je n’ai jamais pensé à ça. Les docteurs étaient confiants. Ils t’encadrent bien. Ils n’ont pas peur de te dire que ça va être dur, mais qu’il y a de bonnes chances que tu t’en sortes. Non. Je n’ai jamais pensé à ça. »

Le 22 juillet, Simoneau a appris que son cancer était en rémission. Et il a vécu une semaine folle après 184 jours d’incertitude entre le diagnostic de cancer et la rémission.

« Le lundi, j’apprends la nouvelle. J’ai pleuré, mais j’ai pleuré de joie. J’informe tout le monde et je reçois des messages. Le mardi, l’émotion retombe. Je suis à l’appartement, Danny me texte et me dit que je suis «all-in» pour la saison 2019. Le mercredi et le jeudi, j’avais organisé des visites dans les hôpitaux avec la Société de leucémie et de lymphome du Canada. Vendredi, une petite pause, et le samedi, il y avait un party de rémission chez mes parents. On était une centaine, la famille, les amis, des joueurs de football. J’ai remercié tout le monde et j’ai remercié ma copine en dernier à qui j’ai fait la grande demande. »

En direct de 00:00 à 03:00
2190
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.