12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • Maîtres à l'étranger, les Blues ne sont pas inquiets en vue du 7e match

Maîtres à l'étranger, les Blues ne sont pas inquiets en vue du 7e match

Maîtres à l'étranger, les Blues ne sont pas inquiets en vue du 7e matchAP

BOSTON - Si les Blues de St. Louis parviennent à vaincre les Bruins de Boston lors du septième match de la finale de la Coupe Stanley, mercredi, le nom de Steve Hatze Petros pourrait peut-être être gravé sur le précieux trophée de Lord Stanley.

Petros est le magicien derrière le calendrier de la LNH. Il est le responsable de la longue séquence des Blues, entre janvier et mars, où l'équipe n'a pas joué plus d'un match consécutif à la maison. Mais c'est aussi cette séquence qui a permis aux joueurs des Blues de se relever les manches, sous les ordres de Craig Berube, et qui leur a permis par la suite de présenter un rendement de 9-3 à l'étranger au cours du tournoi printanier, soit un sommet dans la LNH.

Et c'est pourquoi les hommes de Berube ne se sentiront pas pris au dépourvu lorsqu'ils disputeront le dernier match de la saison, mercredi soir, à Boston.

« C'était un temps pour nous pour apprendre à mieux nous connaître. Nous sommes partis. Nous avions la chance d'aller à la patinoire ensemble tous les jours, de manger ensemble tous les jours. Cela nous a rapprochés. Je pense que c'est là que nous avons trouvé notre identité et que nous nous sommes unis. Comme vous avez pu le constater tout au long des séries, nous sommes des gars confiants. Nous trouvons plus facile de jouer et d’avoir du succès de cette façon. »

Quelle que soit l'équipe, celle qui impose son rythme le plus rapidement l'emporte généralement. Ç'a été l'histoire de cette série disputée entre deux équipes de forces presque égales qui ont des styles complètement divergents.

De leur côté, les Bruins utilisent leur rapidité et son talent pour marquer des buts rapidement et s'emparer du momentum. De l'autre, les Blues préfèrent garder la rondelle au fond du territoire adverse, étourdir les défenseurs et les obliger à faire demi-tour et décocher de puissants tirs lorsqu'ils en ont l'occasion.

L'administration des Blues a tenté de reproduire la vie sur la route en demandant aux joueurs de rester à l'hôtel lorsqu'ils étaient à St. Louis. Ils présentent toutefois une fiche de 6-7 devant leurs partisans.

« Je pense que lorsque nous sommes à la maison, nous essayons peut-être de jouer parfois un peu différemment », a reconnu Berube.

Les premières minutes du sixième match, qui s'est soldé par une défaite de 5-1 des Blues, en sont l'exemple parfait. Les joueurs des Blues ont délaissé leur échec avant et ont fait dans la dentelle, tentant de faufiler la rondelle entre les joueurs des Bruins. Lorsque les Blues n'avaient pas réussi à déjouer Rask après les 10 premières minutes de jeu, le vent a tourné et les Bruins ont repris le momentum.

Et c'est exactement ce que les Bruins aiment faire.

« Nous nous en sommes bien sortis, a soutenu le défenseur des Bruins, Brandon Carlo. Nous avons eu un bon début dans le match, surtout au niveau de l'échec avant. Nous étions agressifs et nous les avons surclassés, sans rien céder, en maintenant le jeu serré. Les attaquants ont fait un excellent travail sur l'échec avant et nous avons renversé la vapeur. »

L'équipe qui donnera le ton mercredi pourrait gagner le septième match. Si le rythme est effréné et que le jeu se transporte rapidement aux deux extrémités de la patinoire, les Bruins auront un net avantage.

« Je pense que nous sommes l'équipe qui a le meilleur talent au niveau du patin et si nous tenons notre rythme à la fois en patinant et en déplaçant la rondelle, je crois que nous allons créer plus d'occasions, en jouant mieux en zone défensive. Quand on patine bien, on arrive à récupérer les rondelles plus rapidement. Cela aide évidemment notre défensive à sortir la rondelle de notre territoire. La même chose lorsqu'on se dirige en zone adverse. Nous passons un peu plus vite sur l'échec-avant de cette façon. »

Le succès des Blues est basé sur leur puissant échec avant — la pression exercée sur la défensive adverse leur permet de la déjouer plus allègrement.

« Nous sommes définitivement faits pour soutenir la pression, a reconnu le Québécois David Perron. Lorsque nous faisons cela, nous pouvons vraiment faire ralentir les autres équipes et, espérons-le, faire taire un peu la foule. »

Il sera plus facile d'espérer de faire taire les partisans à Boston que de le faire. Les Blues l'ont fait lors du second duel de la série pour niveler les chances et les joueurs regorgent de confiance, peu inquiets du désavantage que peut causer un match à l'étranger.

« Nous sommes enthousiastes et nous sommes heureux de reprendre la route, s'est exclamé l'ailier Patrick Maroon. Je pense que c'est là où nous sommes à notre meilleur. »

Les Bruins ont remporté sept de leurs 12 victoires à leur domicile. L'entraîneur-chef, Bruce Cassidy, reconnaît que les Bruins ont travaillé fort pour obtenir l'avantage de la glace cette saison et qu'ils l'ont fait pour des moments comme ceux-ci, bien que les Blues ne semblent pas du tout affectés par leur rôle de visiteurs.

« Nous semblons aimer ça, a mentionné Carl Gunnarsson. Nous continuons à obtenir de bons résultats sur la route. Je ne sais pas pourquoi, mais cela semble fonctionner pour nous. Nous allons essayer de poursuivre sur cette lancée. »

En direct de 07:00 à 11:00
1382
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.