• Accueil
  • Grâce à leur balayage, les Bruins pourront entamer la finale reposés

Grâce à leur balayage, les Bruins pourront entamer la finale reposés

Grâce à leur balayage, les Bruins pourront entamer la finale reposésPhoto: The Associated Press

Les joueurs des Bruins de Boston ont mérité une pause avant leur plus importante série éliminatoire des dernières saisons.

En balayant les honneurs de leur série contre les Hurricanes de la Caroline, la troupe de Bruce Cassidy bénéficiera de journées additionnelles de congé avant de prendre part à la grande finale pour la coupe Stanley pour la troisième fois en neuf ans.

Ils auront donc tout le temps au monde pour se détendre, soigner les blessures et les meurtrissures, notamment celles qui ont tenu le capitaine Zdeno Chara, le vétéran défenseur de 42 ans, à l'écart de la victoire décisive de jeudi. Et ils pourront aussi regarder les joueurs des Blues de St. Louis et des Sharks de San Jose se malmener à qui mieux pendant la finale de l'Association Ouest.

«En vieillissant, je pense que vous l'appréciez encore plus, vous réalisez à quel point c'est difficile de se rendre jusque-là. Vous êtes reconnaissant et vous appréciez le moment. [...] Mais ensuite, c'est le retour au travail. Et il y a beaucoup de travail devant nous.», a déclaré le centre Patrice Bergeron.


En blanchissant les Hurricanes 4-0 jeudi soir, les Bruins ont récolté une septième victoire consécutive, leur plus longue séquence en matchs éliminatoires depuis leurs neuf gains d'affilée en 1972.

L'équipe compte sur certains vétérans qui ont contribué au triomphe de 2011 mais qui ont aussi vécu la défaite en finale face aux Blackhawks de Chicago deux ans plus tard. La liste inclut Chara, Bergeron, le gardien Tuukka Rask et l'attaquant Brad Marchand.

«En quelque sorte, nous avons grandi ensemble, a souligné Bergeron. Ç'a été un plaisir de faire partie du noyau de l'équipe avec ces gars-là.»

Les Bruins ont réussi à éviter de subir le même sort que le Lightning de Tampa Bay et les Capitals de Washington, deux champions de section qui ont été éliminés dès la première ronde. Il leur a quand même fallu sept parties pour venir à bout des Maple Leafs de Toronto, après avoir fait face à l'élimination lors du sixième match au Scotiabank Arena.

Ils ont trouvé leur rythme lors de leur série de deuxième tour contre les Blue Jackets de Columbus, qu'ils ont évincés en six matchs grâce à des victoires lors des trois dernières rencontres.

Et une fois en marche, les Bruins n'ont donné aucune chance aux Hurricanes.

La troupe de Bruce Cassidy a été plus rapide, plus forte, plus résistante, et a compté sur le meilleur gardien de but. Alors que Rask a stoppé 109 des 114 tirs auxquels il a fait face pendant la série, les Bruins n'ont tiré de l'arrière qu'une seule fois pendant la série, soit lors du premier match.

Après que les Bruins eurent pris l'avance 3-2 grâce à deux buts marqués en avantage numérique dans un intervalle de 28 secondes au début de la troisième période, ils n'ont plus jamais fait face à un recul. Dans une période couvrant les deux premières rencontres, les Bruins ont notamment marqué dix buts de suite. Face aux Hurricanes, l'avantage numérique des Bruins a inscrit sept buts en 15 tentatives, incluant au moins un but dans chacun des quatre matchs.

Quant à Rask, il a récolté un blanchissage lors de la victoire décisive pour une deuxième série d'affilée et il ressemble de plus en plus à un candidat logique au trophée Conn Smythe.

Cassidy ne pense pas que la longue pause va lui faire du tort.

«Je vois Tuukka pas seulement comme un gardien, mais aussi comme une personne qui est dans sa bulle en ce moment et qui sait gérer ses émotions. Je ne vois pas pourquoi ça changerait dans une semaine. Je crois qu'il va très bien en sortir. Il a joué beaucoup de hockey, aussi. La pause va lui faire du bien.»

Bonsoir les sportifs

Bonsoir les sportifs

avec Ron Fournier

En direct de 20:30 à 00:00
1926
100
LIVECogeco LIVE
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.