• Accueil
  • «Ils étaient des ennemis jurés»
Association Luis Miranda-Denis Coderre

«Ils étaient des ennemis jurés»

«Ils étaient des ennemis jurés»
Cogeco Nouvelles

Luc Ferrandez a commenté la décision du maire d’Anjou, Luis Miranda, d’accorder son appui à Denis Coderre, en vue des prochaines élections municipales à Montréal. 

En vertu de cette association, le chef d’Ensemble Montréal ne présentera pas de candidat dans Anjou lors des élections municipales du 7 novembre prochain.

Au micro de Patrick Lagacé, Luc Ferrandez s’est dit surpris que Denis Coderre ait choisi cette voie. 

«D’abord, précisons que Luis Miranda n’a jamais été accusé de corruption. Mais il y a eu des enquêtes journalistiques et de l’opposition qui ont permis de révéler des faits importants qu’on ne peut mettre à la poubelle en disant qu’il n’a pas été accusé»

«Miranda a accepté de rencontrer Tony Accurso à plusieurs reprises pour discuter de financement. Il était proche et a voyagé au Portugal avec deux hommes d’affaires de son arrondissement. Je ne prétends pas qu’il y a eu corruption. Mais c’est un politicien qui est là depuis 1994 et ses méthodes, aujourd’hui, elles ne passeraient pas»

«En politique, l’image est importante. Quand Denis Coderre dit qu’il a changé, qu’il va représenter tout le monde et qu’il s’associe à un politicien à l’image dont on ne veut plus… pourquoi fait-il ça? Je pense que c’est pour des raisons électorales. Au niveau des personnalités, ils étaient des ennemis jurés. La seule chose pour laquelle ils s’entendent, c’est de retirer les espaces verts et les transformer en espaces industriels. Je ne vois pas d’autres avantages à cette association»

Quart de nuit
En direct de 00:00 à 03:00
0
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.