• Accueil
  • La tension monte d’un cran près de la pinède à Oka

La tension monte d’un cran près de la pinède à Oka

La tension monte d’un cran près de la pinède à OkaCogeco Nouvelles
Tensions à Oka | Qu’en pensent les citoyens?

5:30

Depuis qu’un promoteur immobilier a décidé de restituer une parcelle de la pinède au conseil mohawk, une guerre de mots se joue entre le maire d’Oka, Pascal Quévillon, et le grand chef du conseil de bande de Kanesatake, Serge Simon.

Soixante hectares de forêt seraient cédés au conseil mohawk dans le cadre du Programme des dons écologiques du gouvernement du Canada.

Si la tension monte au niveau politique, sur le terrain jeudi, la situation semblait plus calme selon la reporter Any Guillemette qui y a passé une partie de la journée.

Les citoyens rencontrés et une jeune femme mohawk avaient tous un message pacifique à livrer.

«On est ici, on est présent et on ne va pas partir. On est là en paix. On ne veut pas une autre crise, on l’a déjà vécue. La violence va venir de son bord»

«Moi je pense que ça va se régler de façon pacifique. On a appris de nos erreurs de la dernière fois. Mes enfants vont à la garderie en haut de la côte, on est capables de se parler. Il n’y a pas de conflit entre les Indiens et les blancs en bas»

«Les gens sont maintenant capables de faire la part des choses. Ils ne devraient pas aller jusque-là.  J’ai confiance que ça va se régler comme il faut, en gens civilisés»

«Quand on se mêle de nos affaires, il n’y a pas de trouble. Les Indiens, ce sont tous des amis. C’est au gouvernement à s’arranger avec ça, pas nous autres»

Atmosphère plus tendue

Mais en fin de journée, l’atmosphère est devenue un peu plus tendue, alors que de nombreux drapeaux des Warriors ont fait leur apparition près de la pinède.

Selon la reporter de Cogeco Nouvelles, des autochtones plus radicaux sont arrivés sur les lieux.  

«Je me suis fait envoyer promener. Je ne répéterai pas les mots, mais c’était assez clair qu’on voulait que je circule, surtout que je quitte Kanesatake»

«Il semble que du côté des mohawks, on ait encore en mémoire les souvenirs de la crise de 1990. Il semble que cela ne prendrait pas beaucoup de feu pour avoir une explosion de la tension»   

En direct de 12:00 à 13:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.