• Accueil
  • Revue de presse : «Le danger, c'est que ça disparaisse de la mémoire»
Polytechnique, 6 décembre 1989

Revue de presse : «Le danger, c'est que ça disparaisse de la mémoire»

Revue de presse : «Le danger, c'est que ça disparaisse de la mémoire»

La météo et par ricochet la situation sur les routes en ce lundi dans la grande région de Montréal était résumé en une expression par l'animateur Paul Arcand au 98.5: « cocktail à trois ingrédients: neige, pluie verglaçante et pluie ».

La chaussée glissante et plus ou moins déneigée avec des vents qui vont atteindre jusqu'à 50 km à l'heure: la matinée s'annonçait pénible dans le grand Montréal métropolitain.

Cette journée du 6 décembre, triste anniversaire de la tuerie de Polytechnique, sera toutefois davantage liée à la vague d'incidents impliquant des armes à feu à Montréal et les nombreux féminicides à déplorer en 2021.

«Au-delà des cérémonies qui vont marquer la journée, les premiers ministres Legault et Trudeau y seront à 17 h 10 parce que c'est à ce moment que les premiers coups de feu ont été tirés, cela arrive dans un contexte de violence avec des armes à feu illégales et d'une augmentation du nombre de cas de féminicides. Si c'est vrai qu'au fil des ans il y a un nombre de choses qui changent pour le mieux en termes de mentalités, il n'en demeure pas moins que toute la question des armes à feu demeure problématique... » 

« Le danger, c'est que ce drame disparaisse un peu de la mémoire. Pas de gens qui l'ont vécu de près ou de loin, mais des plus jeunes qui ne savent pas trop ce que c'est et ce n'est pas tout le monde qui sait que ce sont 14 femmes qui ont été victimes de cette attaque. »

Musique
En direct de 18:00 à 22:00
0
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.