• Accueil
  • DPJ: «Ça peut prendre quatre mois avant qu'un intervenant exécute les mesures que le juge a ordonnées»

DPJ: «Ça peut prendre quatre mois avant qu'un intervenant exécute les mesures que le juge a ordonnées»

DPJ: «Ça peut prendre quatre mois avant qu'un intervenant exécute les mesures que le juge a ordonnées»Jasmin Merdan / Moment / Getty Images

La commission Laurent continue de mettre en lumière le manque de ressource à la Direction de la protection de la jeunesse.

Les intervenants en nombre insuffisant peinent à faire respecter les ordonnances de la cour visant à protéger les enfants.

Me Catherine Brousseau, présidente, Comité consultatif en droit de la jeunesse du Barreau du Québec, a fourni des exemples en entrevue, vendredi matin, au micro de Paul Arcand.

Quand la DPJ prend en charge un enfant, mais que le plan d’action n’est pas respecté : entrevue avec Me Catherine Brousseau

8:28

«Il arrive parfois que ça peut prendre deux, trois ou quatre mois avant qu'un intervenant prenne la suite du dossier pour exécuter les mesures que le juge a ordonnées. Ça amène un vide de service et des gens qui se retrouvent finalement sans service.»

En direct de 12:00 à 13:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.