12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • Militaire canadien accusé de faire du recrutement pour un groupe d’extrême droite

Militaire canadien accusé de faire du recrutement pour un groupe d’extrême droite

Militaire canadien accusé de faire du recrutement pour un groupe d’extrême droiteGetty Images/Moment/ Richard A. Whittaker

Le caporal Patrik Mathews fait l’objet d’une enquête des Forces armées canadiennes. Il est soupçonné de faire partie du groupe d’extrême droite The Base.

Patrik Mathews est un ingénieur militaire réserviste et travaille donc à temps partiel pour les Forces armées canadiennes. Il est spécialiste en explosifs et on le soupçonne d’être un recruteur actif pour le groupe d’extrême droite The Base.

Au micro de Paul Arcand mercredi, Fabrice de Pierrebourg a commenté cette histoire qui a d’abord été révélée par le Winnipeg Free Press.

«Il a été pris en train de placarder des affiches de recrutement pour un groupe suprémaciste, baptisé The Base, dans les rues de Winnipeg. Il a été démasqué par l’enquête d’un journal local. Son domicile a été perquisitionné par la GRC qui enquête aussi. Des armes ont été saisies, mais aucune accusation n’a encore été portée»

Ce qui est très préoccupant pour le journaliste d’enquête, c’est que le groupe The Base, qui est une traduction pour le mot Al-Qaïda, est très actif sur les réseaux sociaux, et ce, même s’il n’a qu’une année d’existence.

«Il fait l’apologie de la violence, de la guerre raciale et il diffuse des messages décryptés sur des techniques terroristes et de guérilla»

«Et ce qui est plus grave, c’est qu’il a déjà organisé plusieurs camps d’entraînement paramilitaires et survivalistes aux États-Unis, dont un récent à Washington. Il y a une vidéo où on voit plusieurs hommes tirer au fusil d’assaut. Et ce groupe ne se cache pas que sa priorité est d’attirer des membres et d’anciens membres des forces armées pour profiter de leurs connaissances militaires»  

En direct de 22:30 à 00:00
3719
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.