nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars ic more vert 36px cloud download 95like 2 phone 2
  • Accueil
  • Le chef du Bloc Pot dénonce la manière dont Ottawa compte légaliser le cannabis

Le chef du Bloc Pot dénonce la manière dont Ottawa compte légaliser le cannabis

Le chef du Bloc Pot dénonce la manière dont Ottawa compte légaliser le cannabis Photo: archives PC

MONTRÉAL — Le chef du Bloc Pot, qui présente une quarantaine de candidats aux élections québécoises, dénonce la manière dont Ottawa entend légaliser le cannabis le 17 octobre.

Selon Hugô St-Onge, la législation fédérale entraînera plus d'infractions et de pénalités, soit l'inverse de la libéralisation que propose sa formation politique alors qu'elle fait campagne en vue du scrutin du 1er octobre.

En vertu de la législation fédérale, le cannabis sera étroitement réglementé et sa vente à des mineurs sera interdite par le Code criminel.

M. St-Onge a confié avoir espéré que le cannabis soit complètement retiré du Code criminel afin que ceux qui en consomment ne soient plus stigmatisés.

En entrevue avec La Presse canadienne, le leader a affirmé que les consommateurs de cannabis voulaient être traités comme des citoyens à part entière et non comme des criminels ou des toxicomanes.

Il a ajouté que les Québécois avaient été ostracisés parce qu'ils n'avaient pas participé à l'élaboration du projet de loi fédéral.

Hugô St-Onge a souligné que le Québec avait maintenant sa propre législation comprenant des sanctions et des amendes.

«Nous allons donc nous retrouver dans un système où les gens seront doublement pénalisés», a-t-il soutenu.

D'après la législation fédérale, le cannabis et l'huile de cannabis devront être achetés auprès d'un détaillant réglementé par les gouvernements provinciaux.

Canopy Growth et Aurora Cannabis

Au Québec, le cannabis sera vendu dans des magasins régis par l'État québécois à compter du 17 octobre, date de la légalisation officielle de la substance.

Les deux grands producteurs canadiens Canopy Growth et Aurora Cannabis ont été choisis comme fournisseurs.

«Ce que nous espérions, ce n'était pas de nous retrouver coincés dans un oligopole», a commenté M. St-Onge.

L'homme âgé de 44 ans a révélé que le Bloc Pot souhaitait plutôt la création d'un «marché local florissant» et ouvert avec plusieurs producteurs et revendeurs, un peu comme pour les restaurants et les cafés.

Hugô St-Onge a également déploré le fait que le cannabis médicinal soit difficilement accessible au Québec et expliqué que son parti voyait la culture du cannabis comme un moyen de stimuler le développement économique des régions.

Le Bloc Pot veut aussi que le gouvernement québécois investisse dans des «centres de transformation» du cannabis pour, par exemple, produire du papier ou de la farine à partir de la plante.

Patrice Juneau, un porte-parole de l'Union des producteurs agricoles (UPA), a indiqué que les fermiers québécois avaient commencé par s'intéresser au marché du cannabis, mais que cet intérêt avait disparu après que le gouvernement eut annoncé qu'il serait interdit aux particuliers de cultiver du cannabis et que la Société québécoise du cannabis eut trouvé ses fournisseurs.

Selon M. St-Onge, le Bloc Pot a été fondé en septembre 1998 et n'a jamais réussi à faire élire un candidat à l'Assemblée nationale.

Les quelque 40 candidats qui se présentent pour le prochain scrutin se trouvent surtout sur l'île de Montréal et en Montégérie.

Le chef est en lice dans Laurier-Dorion. Il s'agit de sa deuxième tentative dans cette circonscription montréalaise, où il a obtenu 300 votes lors des dernières élections.

Le père de deux enfants a aussi tenté sa chance dans une autre circonscription de la métropole précédemment.

«Le Bloc Pot ne cherche pas à se faire élire. Si nous devons nous faire élire pour mettre fin à la prohibition, nous le ferons, mais ce n'est pas notre premier objectif, a expliqué Hugô St-Onge. Notre premier objectif, c'est de sensibiliser la population à notre position concernant la situation du cannabis au sein de notre société.» 

Les amateurs de sports

Les amateurs de sports

avec Mario Langlois

En direct de 18:30 à 20:30
2775
100
LIVECogeco LIVE
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.