Aujourd’hui, la 7e partie

Essai à long terme du Kia Niro EV : le Circuit électrique

Essai à long terme du Kia Niro EV : le Circuit électrique
Port de chargement du Kia Niro EV
Auto123.com

Auto123 met à l’essai à long terme le Kia Niro EV. Aujourd’hui, la 7e partie.

À voir aussi : Essai à long terme du Kia Niro EV, 1e partie : le constructeur, le chroniqueur et le (jeune) amateur

À voir aussi : Essai à long terme du Kia Niro EV, 2e partie : l’électrique, ça ne date pas d’hier

À voir aussi : Essai à long terme du Kia Niro EV, 3e partie : examinons ce Niro de plus près

À voir aussi : Essai à long terme du Kia Niro EV, 4e partie : prendre charge du chargement

À voir aussi : Essai à long terme du Kia Niro EV, 5e partie : des kilomètres et des questions

À voir aussi : Essai à long terme du Kia Niro EV, 6e partie : quand l’ordinateur décide de tout

C’est à Prescott, à une centaine de kilomètres de Kingston, que j’ai fait connaissance avec ma première borne de recharge. Une gracieuseté de Electric Circuit, le pendant canadien-anglais du Circuit électrique, une créature d’Hydro-Québec.

La prochaine question dans mon cerveau en ébullition s’est dès lors imposée : Qu’est-ce au juste que le Circuit Électrique et comment ça fonctionne ?

On entre ici dans le vif du sujet. Les statistiques disent que 90% de l’utilisation d’un VÉ est comblé par la recharge effectuée à la maison ou au lieu de travail. Le 10% qui reste correspond aux fois où nous nous éloignons sérieusement du dodo ou du boulot. Mais ce sont justement ces fois qui nous préoccupent le plus ! Personne n’a envie de se retrouver en panne sèche, que ce soit par manque d’essence ou d’électrons.

Shopicar.com, 100% en ligne, magasinez votre voiture, achetez en ligne et on vous livre au Québec!

Le malchanceux Jacques Tati, dans Trafic (1973)

Voilà pourquoi, en 2012, Hydro-Québec et quatre partenaires fondateurs (Les rôtisseries St-Hubert, les quincailleries Rona, les épiceries Metro et EXO, le nouveau nom donné en mai 2018 au Réseau de transport métropolitain – l’ancien RTM – qui regroupe les différents services de transport public du Grand Montréal) se sont entendus pour déployer un réseau de bornes de recharge publiques.

Les dirigeants allumés de ces bannières ont sûrement vu en rêve la popularité croissante des VÉ. Ils se sont donné la mission de rassurer le consommateur : « Non, vous ne tomberez pas en panne car nos bornes seront là ! » Et le consommateur de se réjouir : « Ah bien, dans ce cas-là, pas de problème, m’en va parcourir ma Belle Province au volant de mon VÉ ! »

Une mission pas tant altruiste mais tout le monde y trouve son compte : le proprio d’un VÉ qui planifie son trajet en fonction des bornes, Hydro-Québec qui vend son électricité et les commerçants qui incitent les électromobilistes à dépenser des sous dans leurs établissements le temps d’une recharge.

Des bornes du réseaus Circuit électrique

Pas à pas
Il y a des instructions sur la borne. Elles me disent d’abord de télécharger l’application mobile du Circuit électrique sur mon téléphone. J’obtempère. L’application est censée m’aider à démarrer ma recharge à distance. Elle m’invite aussi à m’inscrire, à m’ouvrir un compte. Je préfère le faire une autre fois, quand je serai bien au chaud dans la chambre d’hôtel qui m’attend, par exemple.

L’application ne s’en offusque pas. Mais elle me prévient quand même que la session de recharge en tant qu’invité du Circuit électrique me coûtera 2$ supplémentaires. Une prime que les membres ne paient pas. Un incitatif qui a du poids.

Je dois quand même inscrire un numéro de carte de crédit. Je peux bien être un « invité » du Circuit, je dois prouver ma solvabilité. Le numéro de ma Visa donné, je suis les instructions du petit panneau d’affichage de la borne qui me dit comment procéder. J’étire le câble jusqu’à la prise de la Kia Niro EV. Tiens, le pistolet a un embout différent que celui que fournit Kia avec la Niro. Pour le brancher à l’auto, je dois dégager une plaquette de plastique qui, autrement, reste toujours en place quand je charge à la maison.

Plus tard je ferai des recherches pour comprendre les subtilités entre les différentes prises et je vous en ferai part, c’est promis, mais là, je ne veux pas comprendre, je veux juste arriver à Kingston.

Y’a pas à dire, si j’étais au volant d’une Niro hybride propulsée par un engin thermique et un moteur électrique (à partir de 28 905$), je serais déjà rendu. Ou la Niro PHEV (à partir de 36 505$), l’hybride branchable de la famille. Je n’aurais pas eu besoin de m’arrêter à Prescott !

Mais, bon, avec ma version EV (à partir de 46 905 $ moins les 8 000 $ de subventions provinciales (au Québec) 5 000 $ du fédéral), je participe à la lutte contre le réchauffement climatique, contre la pollution et je conduis d’une manière plus zen, dans une ambiance calme et feutrée.

Enfin, tant que j’ai du jus dans la batterie…

L'application pour mobile de Circuit électrique

De l’aide svp…
Bref, je branche le pistolet et… ça ne fonctionne pas.

Qu’est-ce que j’ai fait de pas correct ?

Heureusement que se trouve aussi sur la borne un numéro de téléphone sans frais. Il me met en contact avec l’un des agents du CAA qui, 24/7, sont là pour guider les utilisateurs des bornes, en particulier les cocos comme moi pour qui il s’agit d’une première expérience.

L’aimable monsieur me demande de lui lire le numéro d’identification de la borne. Et, à distance, il démarre la charge. Ouf !

Il m’explique que, parfois, ça arrive, la connexion à distance entre l’application et la borne ne se fait pas automatiquement.

Je vois sur mon téléphone que la recharge a bel et bien commencé. L’application m’indique en temps réel le niveau de remplissage de la batterie, de même que ma dépense en dollars et en cennes à mesure que les électrons passent de la borne à l’auto.

C’est quand même beau la technologie.

Le Tim Hortons à Prescott, en Ontario

Toutes ces émotions m’ont creusé l’appétit. Vous ais-je dit que la borne est située à côté d’un Tim Hortons ? Comme j’en ai facilement pour 20 minutes à patienter avant d’atteindre une autonomie rassurante, je m’en vais d’un pas décidé et le visage masqué m’acheter un festin que je dégusterai dans la Niro. Mais au lieu de fixer l’écran de mon iPhone pour voir le niveau de charge grimper, tout comme la facture, je mords dans mon sandwich en me tapant des trucs amusants sur YouTube. Et j’ai apporté un bon livre, au cas où.

Il était bon ce livre car je me suis finalement immobilisé pendant 58 minutes et cinq secondes pour soutirer 44,57 kWh d’énergie à la borne en échange de 16,46$. C’est la facture envoyée illico par Circuit Électrique à mon adresse courriel qui me l’a raconté.

On dit que les voyages forment la jeunesse. La vieillesse aussi quand on relève le défi de voyager sans pétrole…

Le Niro EV en chargement à une borne du Circuit électrique

Les grands titres
En direct de 04:30 à 05:30
0
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.