Aller au contenu
Construction des batteries de voitures électriques

Une société australienne impliquées dans une grosse mine québécoise de lithium

Une société australienne impliquées dans une grosse mine québécoise de lithium
L'animateur du 98.5, Luc Ferrandez

Un investisseur étranger souhaite développer une énorme mine de lithium située à environ 500 kilomètres au nord-ouest de Montréal. Ce site, anciennement exploité par d'autres organisations, a été abandonné pendant quelques années. Or, le minerai qu’elle contient pourrait s’avérer déterminant pour l’avenir des véhicules électriques.

En effet, d’autres investisseurs avaient déjà exploré cet endroit, mais le prix du lithium ayant baissé de moitié entre 2017 et 2020, ils avaient cessé leurs activités. 

Dans un article de Jack Ewing publié par le New York Times, on apprend que cette mine pourrait rouvrir l’an prochain.

Écoutez le professeur et chercheur en électrochimie et en transition énergétique, Karim Zaghib, qui parle de la pertinence d'exploiter une telle mine au Québec.

« Aujourd’hui, on assiste à l’accélération de la production des voitures électriques. On a besoin du lithium pour les batteries. En Amérique du Nord, on veut établir une chaîne d’approvisionnement pour les batteries au lithium, indépendante de la Chine, de la Corée ou du Japon. Le lithium est aussi utile pour les ordinateurs et les téléphones portables. »

Située à l’extérieur de La Corne, la mine est exploitée par la société australienne Sayona Mining.

-> Écoutez l'intégralité de l'entrevue accordée par le chercheur en en électrochimie et en transition énergétique, Karim Zaghib.

Vous aimerez aussi

Plus avec Luc Ferrandez

Frontière canado-américaine: un homme arrêté avec 3 pythons dans son pantalon!
#metoo : la vague de dénonciations s'amorçait il y a 5 ans
Le jeune prodige des échecs aurait triché plus de 100 fois!
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Le hockey des Olympiques de Gatineau
En ondes jusqu’à 22:00
En direct
75