Aller au contenu
La saga de l'enseignante Déborah De Braekeleer

«C'est d'une hypocrisie sans nom, d'une absurdité épouvantable»

«C'est d'une hypocrisie sans nom, d'une absurdité épouvantable»
Patrick Lagacé / Cogeco Media

L'animateur Patrick Lagacé revient sur l'histoire de l'enseignante Déborah De Brakeleer qui a perdu son poste à l'école Saint Thomas d'Aquin à Saint-Hyacinthe.

Patrick Lagacé refait longuement la chronologie des événements qui ont mené au congédiement de l'enseignante le 26 mars. Il note qu'elle avait elle-même trouvé sa remplaçante pour le congé sans solde qu'elle désirait pour participer à l'émission Survivor.

Notant «l'inflexibilité» du Centre de services scolaire au passage, l'animateur note que «plus tu as des grosses machines déshumanisées, plus ça démotive tes profs et ça contribue aux pénuries de profs, à mon humble avis. En 1984, tu pouvais dire à tes employés partout, ou presque: le patron a toujours raison. Aujourd'hui, en 2024, si tu fais ça, tu risques de te ramasser avec des employés qui vont dire je vais aller voir ailleurs si je peux être plus heureux.»

Mais il revient surtout le moment ou l'on «tombe dans l'absurdité.»

«Ils l'ont réembauchée à peine deux semaines après l'avoir congédié comme suppléante dans sa propre classe. Donc, c'est-à-dire qu'elle revient en classe pour enseigner à ses élèves. Et là, c'est là que ça devient illogique. Écoutez, on peut être en désaccord, vous et moi là-dessus, on peut se dire qu'elle méritait d'être congédiée. Moi, je ne le pense pas. Ok, je pense que le Centre des services scolaires a fait preuve de flexibilité. C'est mon point de vue.

«Mais si tu congédies quelqu'un le 26. Mars, tu lui reproches de manquer de façon tellement grave à son devoir d'enseignante que tu lances une procédure de congédiement sans gradation. Pas de note au dossier, pas de jours de suspension boum! out! et que le 8 avril tu la réembauches... Je suis désolé, il y a quelque chose de complètement fou là dedans qui s'est passé au Centre de service scolaire de Saint-Hyacinthe. Je trouve que c'est d'une hypocrisie sans nom, d'une absurdité épouvantable.»

On écoute Patrick Lagacé...

Abonnez-vous à l’infolettre du 104.7 Outaouais!Abonnez-vous à l’infolettre du 104.7 Outaouais!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Patrick Lagacé

«Je pense que c'était la bonne approche dans ces circonstances exceptionnelles»
Comment se sent un médecin lorsqu'il perd un patient?
Les «disgracieuses», un nouveau livre signé Claudia Larochelle

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Les amateurs de sports
En direct
En ondes jusqu’à 00:00