Au procès de Shaki Ramsurrun, au palais de justice de Gatineau, on a appris hier que la tension était vive à la résidence où habitait le présumé auteur du triple meurtre quelques jours avant la journée fatidique.

Deux filles d’une des victimes, Dominique et Audrey Marleau sont venues témoigner devant le jury à quel point le climat était tendu dans la maison de leur mère après l’annonce de la séparation de leur sœur, Anne-Katherine Powers, et son conjoint Shakti Ramsurrun.

La mère et son conjoint tentaient par tous les moyens de faire savoir à Ramsurrun qu’il devait quitter le domicile.

Le triple meurtre est survenu peu de temps après.