nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars

Un propriétaire se dit loin des guerres de clocher

Un propriétaire se dit loin des guerres de clocher

Le propriétaire de Buckingham Chevrolet Buick GMC, Philippe St-Pierre n’a pas tardé à réagir aux propos du conseiller Marc Carrière qui suggérait de boycotter son commerce parce qu’il n’utilise pas le nom Masson-Angers alors qu’il est pourtant sur ce territoire.

L’homme d’affaires s’inscrit d’entrée de jeu au-dessus de la mêlée sur sa page Facebook.

Monsieur St-Pierre écrit qu’il est originaire de Quebec, a grandi en Mauricie, habité en Autriche, travaillé en Allemagne et étudié à Toronto avant de venir s’établir en Outaouais où il a habité dans plusieurs secteurs. Il ajoute qu’il est très loin des anciennes guerres de clocher entourant la ville de Buckingham et celle de Masson lors des fusions municipales imposées il y a près de 20 ans.

Il note qu’il emploie une centaine de personnes et paie 400 000$ en taxes municipales et ne devrait pas faire l’objet d’un boycott à l’invitation de l’élu municipal.

Selon lui, il a toujours cru à tord que Buckingham était au nord de la 50 et Masson au Sud. 

Mario Langlois rencontre

En direct de 15:00 à 16:00

4436
100

Mario Langlois rencontre

avec Mario Langlois

Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.