nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars

Frappes en Syrie: Justin Trudeau donne son appui

Frappes en Syrie: Justin Trudeau donne son appui
Presse Canadienne

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau.

Par voie de communiqué, le premier ministre du Canada Justin Trudeau a donné son appui aux États-Unis, au Royaume-Uni et à la France quant aux frappes en Syrie lancées vendredi soir par les États-Unis.

En soirée vendredi, le président Donald Trump a annoncé que des frappes militaires contre la Syrie étaient en cours afin de riposter à une attaque chimique imputée au régime de Bacahr Al-Assad. Dans un message télévisé à partir de la Maison-Blanche, Donald Trump a fait état d'une opération "conjointe" avec la France et le Royaume-Uni.

Voici l'intégralité de sa déclaration de Justin Trudeau:

« Le Canada condamne avec la plus grande fermeté l’usage d’armes chimiques dans l’attaque perpétrée la semaine dernière dans la Ghouta orientale, en Syrie. Le Canada appuie la décision des États-Unis, du Royaume-Uni et de la France de prendre des mesures pour diminuer la capacité du régime Assad de lancer des attaques par armes chimiques contre ses propres citoyens.

Nous continuerons de travailler avec nos partenaires internationaux pour mener des enquêtes plus approfondies sur l’emploi d’armes chimiques en Syrie. Il faut traduire en justice les responsables de ces gestes. »‎

Les frappes en Syrie terminées pour ce soir

Des explosions ont illuminé le ciel au-dessus de la capitale syrienne, tandis que le président américain s'adressait à la nation.

Un peu plus tard lors d’un point de presse, le Pentagone a précisé que les cibles ont été choisies pour «réduire les risques pour les civils innocents ». Les lieux attaqués devraient être associés au programme d’armes chimiques du gouvernement syrien, toujours selon les explications du Pentagone.

En tout, la télévision publique syrienne rapporte que 13 missiles ont été abattus par la défense anti aérienne Syrienne au sud de la capitale Damas.

À 22 heures, le secrétaire américain à la Défense James Mattis a annoncé que cette série d'attaques était terminée.

La France et le Royaume-Uni s’expriment

Par communiqué, le président français, Emmanuel Macron, a souligné que l'attaque de samedi dernier était "en totale violation du droit international et des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies". 

La première ministre britannique, Theresa May, a tenu à souligner qu'il n'était "pas question d'intervenir dans une guerre civile", mais bien d'empêcher l'utilisation d'armes chimiques, après l'épuisement de tous les moyens diplomatiques possibles.

L'attaque avait fait plus de 40 morts et quelque 500 blessés, dont des femmes et des enfants, à Douma, une enclave tenue par les rebelles à proximité de Damas.

La Russie réagit

Une «insulte au président russe» : c’est ainsi que l’ambassadeur russe aux États-Unis a qualifié les frappes américaines en Syrie, en précisant du même coup qu’il y aurait des conséquences à prévoir.

Les États-Unis et leurs alliés se disent prêts à maintenir la pression sur le régime de Bachar Al-Assad jusqu'à ce qu'il cesse de tuer son propre peuple avec des armes interdites.

Donald Trump avait autorisé une première attaque contre la Syrie en avril 2017, en guise de représailles pour une attaque au gaz sarin, encore une fois contre des civils. Depuis le Pentagone, le secrétaire à la Défense, Jim Mattis, a soutenu que la frappe de vendredi soir était plus "dure" que celle d'avril dernier.

Quart de nuit WE

En direct de 00:00 à 03:00

1660
100

Quart de nuit WE

avec Sylvain Ménard

Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.